Accueil et Actualités


Présidentielle : Le RCF appelle à voter François Fillon

Communiqué

Verneuil-sur-Avre, le 20 avril 2017.

 Le RCF appelle à voter massivement en faveur de François Fillon dès le premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril. 

Pour l’élection présidentielle : éviter le pire (un choix entre la peste et le choléra), non seulement c’est possible mais c’est  souhaitable.

Il y a tout juste quelques semaines, en février dernier, Marine Le Pen était à 27% des intentions de vote au premier tour dans les sondages, Emmanuel Macron montait à 25% suite au ralliement de François Bayrou (crédité de 4% auparavant), François Fillon était tombé entre 18 et 20% suite aux “affaires”, Jean-Luc Mélenchon était à 10% et Benoît Hamon à 14%. L’effondrement d’Hamon autour désormais de 8% a fait mécaniquement remonter Mélenchon autour de 18%. Un moment tombé à 17-18%, Fillon est remonté vers 19-20% au fur et à mesure d’une certaine mobilisation de l’électorat “de droite”. Le Pen est tombée à 22-23% tout comme Macron. Dupont-Aignan (ancien socialiste au parcours sinueux depuis) est estimé à 3,5% ou 4%, mais il est vraisemblable que son score sera plus proche de 2% car une part de ceux qui ont l’intention de voter pour lui ne prendra pas la responsabilité d’écarter François Fillon du second tour par un mouvement de “mauvaise humeur” surtout motivé par l’affaire Penelope... alors que Dupont-Aignan (un énarque qui a commencé sa “carrière” politique au Parti socialiste) emploie sa femme comme attachée parlementaire depuis vingt ans (dès qu’il fut élu député, en 1997).

Le vide sidéral du fils spirituel de François Hollande soutenu par les médias de masse (dont le groupe BFM-L’Express-Libération du franco-israëlien Drahi, domicilié fiscalement en Suisse) et la coalition bizarre -qui va du communiste Robert Hue à l’ultra libéral Alain Madelin et de nombreux ministres ou anciens ministres « chevaux de retour »- est caricatural. Les “militants” (employés ?) venus ponctuellement sur les marchés distribuer des tracts en sa faveur se sont souvent fait rabrouer... Faute de soutiens (l’adhésion consiste à laisser son adresse de courriel sur le site du successeur de Hollande), Emmanuel Macron a fait coller par des professionnels plus d’un million d’affiches dans les campagnes profondes, il a fait distribuer par La Poste près de 20 millions d’exemplaires de son « programme » et également fait appeler au téléphone près de 10 millions de personnes, démontrant par là  même que l’ancien employé de Rothschild est bien le candidat des banksters, qui lui ont ouvert un crédit illimité. Pour le RCF, le choix de la raison, n’en déplaise aux traîtres du style du futur ex-député de l’Eure Bruno Le Maire, c’est bien François Fillon.

Voilà que “nos amis les sondeurs” se mettent à envisager l’hypothèse d’un second tour entre Mélenchon (ex-trotskiste, ex-socialiste, désormais néo-stalinien admirateur de Fidel et Raul Castro, de Chavez et du sanguinaire Maduro) et Le Pen-fille. Ben voyons... Pour éviter à notre cher et vieux pays les affres de la ruine et pour pouvoir changer votre réfrigérateur s’il tombe en panne, il va falloir se bouger le popotin et aller sortir de leur trou les électeurs de droite et du centre comme ceux de la société civile que représente le RCF qui n’ont ni envie de se réveiller avec Mélenchon président, ni avec Le Pen à la tête d’une France en explosion.  

Que l’on aime ou non François Fillon, et nous sommes sans illusion sur une droite qui n’a pas rempli ses devoirs lorsqu’elle était au pouvoir (coucou Alain Juppé), seul un bulletin en faveur de François Fillon sera constructif alors que les bulletins Macron, Le Pen ou Mélenchon seront destructifs.

L’effondrement de Hamon peut propulser Mélenchon à 20% dans les urnes. Macron va logiquement se dégonfler comme la baudruche qu’il est. Il faut donc tirer fort Fillon, bon gré mal gré, même si nous avons beaucoup de sympathie pour la candidature de Jean Lassalle, qui a repris une très grosse part du programme du RCF « Toute l’âme de la France ».

Les Français n’ont pas à choisir un “copain de classe” ou “saint François d’Assise”, mais le futur chef de l’Etat. Il faut voter pour un homme immédiatement opérationnel et au programme clair, dans le contexte d’un pays mal en point (dettes colossales et 6,25 millions de chômeurs) et entouré de périls.

Dans ces conditions et au vu des périls, le bureau politique du RCF réuni ce jeudi  20 avril au matin appelle à l’unanimité ses amis, ses sympathisants à voter massivement pour François Fillon dès le premier tour, dès le 23 avril.

Nicolas Miguet

Président du RCF.

Jeudi 20 avril 2017

<<
>>




Facebook de Nicolas Miguet Le Flickr de Nicolas Miguet Twitter de Nicolas Miguet

Être informé des mises à jour
 



Mentions Légales - © R.C.F. - 2012/17